Grignan, france

En France, où les trois quarts de l’électricité sont d’origine nucléaire, vous êtes rarement loin d’un réacteur. 

Même dans les terroirs français les plus célèbres, une centrale électrique encombrante s’accroupit parfois juste en face d’une rivière ou au-dessus d’une colline. 

  • De la Bourgogne à Bordeaux
  • du Val de Loire au Languedoc
  • le foulage des raisins

Est alimenté par l’écrasement d’atomes.

Même avant la vague actuelle d’anxiété nucléaire qui déferle sur l’Europe, cette proximité était devenue trop lourde à porter pour les vignerons d’une région viticole de la vallée du Rhône

Une centrale nucléaire voisine a empiété sur quelque chose d’encore plus important que leur terre: leur nom.

L’appellation Coteaux du Tricastin, qui s’étend vers l’est du Rhône jusqu’aux collines de la Drôme, a été créée en 1973.

Un an plus tard, la construction de la centrale nucléaire du Tricastin, juste à l’ouest du Rhône, entre les villes de Montélimar et Orange, a commencé.

Les vignobles du Tricastin ne sont pas plus proches de la plante que ceux de plusieurs autres appellations viticoles du Rhône. 

Pourtant, avec le nom sur leurs étiquettes, les vignerons ont vu leurs ventes chuter.

Vignoble
Un vignoble est une parcelle agricole plantée de vignes ou un ensemble plus ou moins important de ces parcelles

Certains ont essayé de cacher l’appellation au dos de leurs bouteilles en petits caractères, plutôt que de la montrer fièrement sur le devant, à côté des logos de leurs domaines. 

Certains ont fait venir des experts avec des compteurs Geiger pour démontrer que leur vin n’était pas radioactif. 

D’autres ont pris des subventions de l’Union européenne pour arracher leurs vignes et ont complètement abandonné l’affaire.

“Ce n’était pas une question de contamination”, a expliqué Henri Bour, président de l’appellation.

«C’était une question de contamination de l’image.Lorsque vous avez dit «Tricastin», vous avez fermé la porte. »

Les vignerons ont demandé au gardien du système d’appellation des vins français, l’INAO, de changer de nom. 

C’est une démarche qui n’est pas prise à la légère par l’agence, qui considère la continuité comme vitale pour maintenir l’image du vin français comme produit d’un terroir immuable, quelque chose qui transcende les cycles temporels des vies humaines et des constructions artificielles.

Enfin, l’an dernier, l’INAO a cédé, accordant aux Coteaux du Tricastin une nouvelle appellation, Grignan-les-Adhémar

Les bouteilles avec un nouveau nom ont commencé à apparaître sur les étagères ces derniers mois.

«Il y avait un profond sentiment d’injustice à propos de ce qui s’était passé ici», a déclaré M. Bour. 

«Les vignerons avaient investi plus dans la qualité que ceux des autres régions, mais cela ne portait pas ses fruits. 

Nous avons décidé qu’il valait mieux recommencer à zéro. »

Vin
Bouteille de Vin

Le nouveau départ est plus que symbolique. 

Le changement de nom s’est également accompagné de mesures visant à améliorer les vins.

Le rendement raisin maximal autorisé a été abaissé. 

L’utilisation d’herbicides a été restreinte. 

Un pourcentage minimum a été imposé pour deux cépages de haute qualité –

  • la syrah pour les vins rouges
  • le viognier pour les blancs. 

Un comité goûte désormais tous les vins avant de pouvoir les commercialiser sous le nouveau nom, un niveau de contrôle qualité exceptionnellement strict pour toute région viticole française.

Ces changements ont coïncidé avec la maturation d’une nouvelle génération de vignerons consciencieux, locaux et étrangers.

Prenez Laurent Bes, qui a repris la ferme familiale, dans un canyon idyllique en dessous du village de Clansayes, en 2005, quand il avait 22 ans.

Alors que son père avait vendu ses raisins à la coopérative viticole locale, le plus jeune M. Bes a décidé d’embouteiller ses propres vins, sous un nouveau nom, Domaine des Alyssas.

Comme un certain nombre d’autres vignerons de la région, M. Bes s’oriente vers l’agriculture biologique. 

Il utilise à peine du dioxyde de soufre, le conservateur produisant des maux de tête qui regorge de vin de supermarché.

vignoble
Le vignoble français et sa position sur le marché mondial

M. Bes évite également l’utilisation de fûts de chêne neufs pour vieillir ses vins. 

Comme d’autres vignerons corrigeant les excès d’une génération précédente, il soutient que le chêne masquerait la pureté des fruits de ses vins, leur conférant une brillance artificielle de riches saveurs vanillées.

«Je déteste le bois», a-t-il dit, apparemment inconscient des charmes de la forêt de chênes centenaires entourant le Domaine des Alyssas.

Les étrangers incluent Michel Verspeelt, un belge qui supervise l’un des plus grands domaines de la région, Château Destin, pour le compte d’investisseurs basés au Luxembourg.

Les vignobles ont été acquis en deux morceaux, l’un auprès d’un vigneron local qui était à quelques jours de déchirer ses vignes, l’autre de Michel Chapoutier, un grand nom ailleurs dans le Rhône.

Quarante hectares de vignobles sont déjà biologiques et les 110 autres hectares sont en cours de conversion à la production biologique, a déclaré M. Verspeelt.

“Avec 150 hectares de vignobles biologiques en France, c’est quelque chose à prendre en compte”, a-t-il déclaré.

«Nous avons un bon produit à un très bon prix, Le problème est que personne ne sait ce que nous sommes. »

Malgré ses problèmes d’image, c’est l’une des régions les plus belles et les plus préservées du sud de la France, partageant le climat sec, les champs de lavande et les villages bastides de la Provence voisine. 

Les deux tiers des truffes cultivées en France viennent d’ici.

Si Louis Pasteur avait raison et “il y a plus de philosophie dans une bouteille de vin que dans tous les livres du monde”, alors la barre vient d’être relevée pour les vins de Grignan-les-Adhémar, car le nouveau nom fait corps avec prétentions littéraires aristocratiques.

L’élégant château de Grignan, le principal village de la région, était la destination des lettres du XVIIe siècle de Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné, piliers du canon littéraire français. 

Les épîtres de Madame de Sévigné étaient adressées à sa fille, mariée au comte de Grignan, membre de la noble famille Adhémar.

La qualité du vin reste mitigée. 

Certaines bouteilles sont pratiquement indiscernables des Côtes-du-Rhône ordinaires, l’appellation de base – bien que parfois sous-estimée – de la vallée. 

Pourtant, une poignée de producteurs de Grignan-les-Adhémar produisent du vin qui peut rivaliser avec la production de certaines appellations plus grandes et plus chères en aval et, surtout, en amont le long de la rivière.

Grignan-les-Adhémar se décrit comme le plus au nord des vins de la partie sud du Rhône, reflétant la nature transitoire de son climat et de son terroir. 

Au sud se trouve la Méditerranée, et les grands rouges audacieux et ensoleillés d’appellations comme Châteauneuf-du-Pape, basés en grande partie sur le raisin grenache.

Les rouges de Grignan-les-Adhémar sont souvent plus frais et plus légers que leurs cousins ​​du sud, ce qui en fait de bons choix pour les buveurs de vin qui se sont lassés des grands rouges de style international. 

Ils affichent également les notes de poivre, d’épices et de champignons de leurs voisins du nord, bien qu’ils soient également un peu plus rustiques et musqués.

Les blancs de Grignan-les-Adhémar ressemblent vaguement aux vins de Condrieu, le plus grand des blancs du Rhône septentrional, où le viognier est roi. 

château de Grignan
Le château de Grignan

Ils ne sont pas aussi concentrés ou raffinés que Condrieu, mais ils ne coûtent également qu’une fraction du prix.

La grande majorité des vins de Grignan coûte moins de 10 €, ce qui en fait un bon rapport qualité / prix.

Les prix ont légèrement augmenté depuis le changement de nom – bonne nouvelle pour des vignerons comme M. Bour, propriétaire d’un des piliers de la région, le Domaine de Grangeneuve.

«Nous avons la chance d’avoir une seconde chance, ce qui est rare dans la vie d’un vigneron», a expliqué M. Bour. «Nous pouvons enfin parler d’autre chose que du Tricastin. 

Nous pouvons parler de vin. “

Trouvez ici Les marchés de Montélimar